L'eau : Contaminations et critères de potabilité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'eau : Contaminations et critères de potabilité

Message par Missteen le Mer 16 Mar 2016, 11:48

~~~~~~~~~~~~~~~~~~
L'eau : Contaminations et critères de potabilité
~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Les contaminations possibles et leurs conséquences (chez l'homme particulièrement) :

- les bactéries, elles peuvent provoquer diverses maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde ou encore la dysenterie.
- les virus (hépatite infectieuse...).
- les kystes (Giardia...)
- les parasites qui sont à l'origine de fièvres, diarrhée et entraînant des complications si l'infection n'est pas traitée rapidement
- les vers parasites causant la bilharziose avec pour symptômes douleurs abdominales, éruptions cutanées, anémie, fatigue chronique. Ce sont les larves (nageant à la surface des eaux infestées) qui sont à l'origine de l'infection, elles peuvent aussi s'introduire par voie cutanée lors de baignades.
- les pollutions chimiques (métaux lourds, insecticides, polychloro-biphényle, hydrocarbures) ont des effets divers, intoxications, neuro-toxicité, cancérogénicité (en cas de consommation prolongée d'une eau polluée).
- les algues ou autres particules en suspension peuvent provoquer une intoxication.
- des contaminants chimiques déjà dissous dans l'eau en amont, ou s'y dissolvant dans les cuves, réservoirs, château d'eau ou le réseau de distribution à partir de revêtements bitumeux, de joints de caoutchouc, de silicone (de joints ou utilisé en étanchéification), de tuyaux métalliques (cuivre, plomb, laiton...) ou parfois de PVC ou d'autres matériaux plastiques.


"Les contaminations peuvent provenir du réseau lui-même (corrosion de métaux, dont métaux lourds qui se dissolvent dans les eaux acides ou adoucies), fuites (perméation) ou retour d'eau, résidus de désinfectants, d'une contamination par des microorganismes indésirables, avec de possibles phénomènes de reviviscence, du biofilm qui s'installe sur les tuyaux ou parois de réservoirs. Le risque augmente avec les « volumes morts » et « courts-circuits » du réseau."

Source : Wikipédia

______________________________________________________________ _ _ _


Concernant l'élevage plus particulièrement :

Un guide très complet de 200 pages constitué par les éleveurs au Canada traitant tous les aspects de la qualité de l'eau nécessaire au bétail mais aussi aux chevaux et autres animaux d'élevages.

LIEN VERS LE GUIDE

Voici les extraits les plus intéressants en terme de généralités concernant le CHEVAL :

Chevaux

Les besoins des chevaux en eau peuvent varier considérablement en fonction de la
température ambiante et de l'humidité, des pertes d'eau (par la transpiration ou la
condensation d'urine par exemple) et des quantités d'eau contenues dans la nourriture.
Comme pour les autres animaux, les besoins en eau des chevaux augmentent avec la
température ambiante. Par exemple, si la température passe de 15 à 20 °C, les pertes
d'eau augmenteront de 20 %, faisant ainsi s'accroitre les besoins d'un cheval adulte
d'environ 5 litres. Cependant, dans le domaine de la physiologie de l'eau, des besoins
accrus en eau sont principalement liés aux taux de perte d'eau.

La composition de la nourriture a également une influence significative sur la
consommation d'eau. Les quantités d'eau contenues dans le fourrage vert peuvent être
considérables. En fait, un cheval au repos qui broute de l'herbe contenant plus de 70 %
d'humidité n'a même pas besoin de boire d'eau. À l'inverse, une alimentation sèche ou
à forte teneur en sel donnera plus soif à l'animal.

3.2 Manque d'eau

Une consommation d'eau inappropriée est mauvaise pour la santé des chevaux, et un
manque d'eau peut entrainer la mort. Une consommation d'eau inappropriée se
manifeste notamment par une diminution de la consommation d'aliments secs, suivie
d'une baisse de l'activité physique. Une consommation d'eau inappropriée peut
également augmenter le risque de surcharges intestinales et de coliques.

À une température ambiante comprise entre 17 et 27 °C (63-81 °F), la privation d'eau
pendant 24, 48 et 72 heures entraine la diminution du poids vif d'un cheval normal au
repos respectivement de 4 %, 6,8 % et 9 %. À une température ambiante diurne
maximale de 40 °C (104 °F), le poids vif de l'animal diminue de 11 à 13 % après
60 heures de privation, et de 14 à 16 % après 72 heures. On distingue de manière
évidente des signes de déshydratation, tels que la bouche sèche et les yeux caves,
après une perte de poids d'au moins 6 %.

La qualité de l'eau peut avoir un impact considérable sur la saveur de l'eau, et la
consommation d'eau peut diminuer de manière importante lorsque cette dernière n'a
pas bon goût.

3.3 Qualité de l'eau

L'indicateur le plus fiable de la qualité de l'eau pour les chevaux est la quantité de
matières dissoutes totales (MDT) contenues dans l'eau. On considère généralement
qu'une quantité de MDT de 6 500 ppm constituée de contaminants minéraux courants
constitue le seuil à ne pas dépasser pour ne pas nuire à la santé des chevaux.
Cependant, si les MDT se composent principalement de minéraux pouvant avoir des
effets néfastes, ce paramètre doit être interprété avec précaution.

Les chevaux supportent deux ou trois fois mieux la consommation de fluorure que les
bovins. Lewis (1995) considère qu'une eau ayant une concentration de fluorure de
4 ppm est relativement sure pour les chevaux. En revanche, il faut éviter d'utiliser une
eau dont la concentration en fluorure est supérieure à 8 ppm.

Une toxicité chronique du sélénium a été signalée suite à la consommation d'une eau
contenant une concentration de sélénium comprise entre 0,0005 et 0,002 ppm.
Cependant, la consommation à court terme d'une eau dont la concentration en
sélénium est inférieure à 0,01 ppm n'est généralement pas considérée comme
dangereuse.

Les chevaux peuvent développer une accoutumance à certains contaminants. Par
exemple, au début, la consommation d'une eau dont la concentration de sulfate est
supérieure à 1 000 ppm peut provoquer des diarrhées. Cependant, une fois
accoutumés à cette substance, les chevaux peuvent tolérer une concentration deux à
trois fois plus importante.

En général, on considère que les minéraux tels que le sodium, le potassium, le calcium,
le magnésium, le fer, le chlorure et le sulfate, s'ils sont présents dans l'eau en quantités
habituelles, ne sont pas toxiques pour les chevaux dans la plupart des cas. Cependant,
à des concentrations très élevées, ces contaminants peuvent avoir un impact sur la
saveur de l'eau, ce qui peut bien sûr entrainer une baisse de la consommation d'eau et
la déshydratation des animaux.

En outre, de nombreuses substances potentiellement toxiques n'ont aucun effet sur la
saveur de l'eau et la consommation des animaux. Elles peuvent donc s'avérer plus
nocives que celles altérant la saveur. Plusieurs composés que l'on peut trouver dans
l'eau peuvent présenter un risque de toxicité.

Parmi les contaminants toxiques de l'eau, on trouve les pesticides, les herbicides, les
métaux lourds, les nitrites et les nitrates, les polluants industriels et les microorganismes.
Il convient de noter que, comparés à d'autres catégories de bétail, les
chevaux semblent avoir une meilleure tolérance à certains contaminants, mais peuvent
être plus prédisposés aux effets indésirables d'autres substances. Le tableau 3.2
indique quelles sont les limites maximales recommandées pour certains composés se
trouvant dans l'eau d'abreuvement des chevaux et pouvant présenter un risque.

Bien que les chevaux semblent plus tolérants à certains contaminants, il se peut que la
qualité de l'eau ne présente pas un vrai problème sanitaire, mais plutôt esthétique. Il
arrive que certains chevaux soient particulièrement difficiles et refusent
catégoriquement de boire une eau contaminée.

Les nitrates ne sont que rarement toxiques pour les chevaux, et si c'est le cas, cette
toxicité est le plus souvent associée à des fourrages à haute teneur en nitrates.
Néanmoins, en s'ajoutant à l'alimentation, l'eau peut participer de manière significative à
l'augmentation de la quantité totale de nitrites et de nitrates absorbée par les chevaux.
En général, les eaux à haute teneur en nitrates résultant d'une contamination de
surface due à des écoulements de fumier et d'autres déchets provenant des enclos de
fermes contiennent également des quantités élevées de micro-organismes.

Dans de nombreux cas, les bactéries représentent une menace plus importante que les
autres contaminants présents dans l'eau. La plupart des maladies infectieuses peuvent
être transmises par les eaux contaminées. On exprime la qualité sanitaire d'une eau en
comptant le nombre de bactéries coliformes qu'elle contient. Toutes les bactéries
coliformes ne sont pas nocives, mais leur simple présence est un indicateur très fiable
de mauvais état sanitaire. Généralement, lorsque les coliformes sont présents, le risque
de trouver d'autres bactéries et virus infectieux dans l'eau est élevé. L'eau
d'abreuvement peut donc être à l'origine d'une contamination microbiologique
potentiellement dangereuse. Par exemple, une eau polluée par les excrétions urinaires
des rongeurs, qui contiennent des leptospires, peut entrainer l'avortement des juments
et la mort des poulains.

Les algues et les toxines produites par les cyanobactéries (algue bleu-vert) sont
nocives pour les chevaux. Il est conseillé de ne pas utiliser d'eau ayant été contaminée
par des algues. L'ingestion de certaines espèces de cyanobactéries se développant
dans l'eau des bassins ou des lacs peut entrainer un empoisonnement. Les
empoisonnements d'animaux d'élevage causés par des cyanobactéries peuvent
provoquer une photosensibilisation, une mort subite, un affaiblissement, des diarrhées
sanglantes, des tremblements et des convulsions. On trouve parfois des amas d'algues
dans l'estomac ou les intestins d'animaux qui sont morts subitement. Pour plus de
renseignements sur les cyanobactéries, reportez-vous à la partie 2.1.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
MDT = Matières dissoutes totales

___________________________________________________________________ _ _ _



Critères de potabilité de l'eau chez l'homme :


Pour qu'une eau soit potable en France pour l'homme on contrôle en général :

- la qualité organoleptique (couleur, turbidité, odeur, saveur) ;
- certains paramètres physico-chimiques naturels (température, pH chlorures : 200 mg/l, sulfates : 250 mg/l, etc.) ;
- la présence de substances dites indésirables (nitrates : 50 mg/l, nitrites, pesticides, etc.) ;
- la présence de substances toxiques (arsenic, cadmium, plomb, hydrocarbures, etc.) ;
- certains paramètres microbiologiques ; l'eau ne doit pas contenir d'organismes pathogènes, notamment de coliformes fécaux2).
- plomb : 10 μg/l d'eau

Caractères physiques:

 - pas de saveur ni d'odeur.
 - coloration: inférieure à 20 u de l'échelle colorimétrique au platine-cobalt.
 - turbidité: inférieure à celle d'une solution de mastic de 10go/100ml.
 - pH de 6,5 à 9.

Caractères bactériologiques:

 - pas de germes parasites ou pathogènes (les germes tests sont les colibacilles et les streptocoques fécaux)

Caractères chimiques normaux:

 - matières organiques: taux maximum 2mg/l.
 - matières minérales: 2g/l comme taux maximum.25mg/l. pour nourrisson, femme enceinte ou allaitante.
 - sulfates: taux maximum 250mg/l.
 - chlore: taux maximum 200mg/l.
 - sodium: taux maximum 150mg/l.
 - magnésium: taux maximum 50mg/l.
 - aluminium total: taux maximum 0,2mg/l.
 - dureté: entre 7 et 30¡ hydrotimétriques.

Substances indésirables- taux maximum:

 - acrylamide: 0,1micro.g/l.
 - azote Kjeldahl N: 1mg/l.
 - benzène: 1micro.g/l.
 - bore: 1mg/l.
 - bromates: 10micro.g/l.
 - chlorure de vinyle: 0,5micro.g/l.
 - cuivre: 2mg/l.
 - détergents anioniques: 200micro.g/l.
 - 1,2 dichloréthane: 3micro.g/l.
 - épichlorhydrine: 0,1micro.g/l.
 - fer: 200micro.g/l.
 - fluorures: 1,5mg/l.
 - H2S: non détectable à l'odeur.
 - hydrocarbures dissous: 10micro.g/l.
 - manganèse: 50micro.g/l.
 - Nitrites (NO2): 0,1mg/l.
 - Nitrates (NO3): 50mg/l pour la norme habituelle. 25mg/l. pour nourrisson, femme enceinte ou allaitante.
 - oxydabilité au MnO4K: 5mg/l.
 - phénols: 0,5micro.g/l.
 - tétrachloroéthylène et trichloréthylène : 10micro.g/l pour la somme des deux
 - trihalométhanes: 100micro.g/l.

Substances toxiques, taux maximum:

 - arsenic: 10micro.g/l.
 - cadmium: 5micro.g/l.
 - cyanure: 50micro.g/l.
 - chrome total: 50micro.g/l.
 - mercure: 1micro.g/l;
 - nickel: 20micro.g/l.
 - plomb: 10micro.g/l.
 - antimoine 5micro.g/l.
 - sélénium: 10micro.g/l.
 - hydrocarbures aromatiques polycycliques (6 substances): 0,1micro.g/l.
 - dont benzo 3-4 pyrènes: 0,01micro.g/l.

Pesticides, taux maximum:

 - total: 0,5micro.g/l.
 - par substance: 0,1micro.g/l.
 - sauf aldrine et dieldrine: 0,03micro.g/l.
 - hexachlorobenzène: 0,01micro.g/l.
 - PCB et PCT polychlorure biphényle et PCT polychlorure triphényle: 0,5micro.g/l.

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Missteen le Mer 16 Mar 2016, 12:35, édité 4 fois

_________________
Micha & Jeff
avatar
Missteen
Admin

Messages : 540
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'eau : Contaminations et critères de potabilité

Message par Missteen le Mer 16 Mar 2016, 11:56

Concernant les minéraux :

[...] La tolérance aux minéraux (sels totaux) dans l'eau potable varie selon les espèces animales. Les volailles y sont le plus sensibles, suivies des porcs et des ruminants. Une teneur en sels solubles totaux de moins de 1000 mg/L est généralement considérée comme faible et convient à tous les genres d'animaux d'élevage(13). Des teneurs en sels qui se situent entre 1000 et 3000 mg/L sont acceptables pour toutes les espèces d'animaux d'élevage, mais ces niveaux peuvent causer des déjections liquides chez les volailles ou de la diarrhée chez le bétail qui n'est pas habitué à de telles teneurs en sels. Toute concentration de sel supérieure à 3000 mg/L est déconseillée pour les volailles; elle peut aussi entraîner le refus de s'abreuver chez les autres animaux d'élevage(13). Par ailleurs, des concentrations de sels dépassant 5000 mg/L sont déconseillées pour les animaux en lactation. Éviter les concentrations de sels supérieures à 7000 mg/L pour tout genre d'animaux d'élevage.

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Micha & Jeff
avatar
Missteen
Admin

Messages : 540
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'eau : Contaminations et critères de potabilité

Message par Jean le Mer 16 Mar 2016, 11:58

Super et merci beaucoup Micha ! 

_________________
Jean

Breizh eo ma bro...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Jean
Admin

Messages : 6531
Date d'inscription : 22/02/2015
Age : 66

http://amicalementfrison.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'eau : Contaminations et critères de potabilité

Message par Missteen le Mer 16 Mar 2016, 12:42

J'ai édité en insérant un extrait dédié aux chevaux d'un guide très complet que j'ai trouvé en poursuivant mes recherches, et cette fois propre à l'élevage.
Le lien vers le guide est dans la fiche, et mérite vraiment d'être survolé au minimum.

Je ferai des ajouts et maj si je trouve d'autres éléments intéressants.

Bonne lecture.

_________________
Micha & Jeff
avatar
Missteen
Admin

Messages : 540
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'eau : Contaminations et critères de potabilité

Message par klaasnoir le Mer 16 Mar 2016, 13:09

merci Micha ..
avatar
klaasnoir

Messages : 1430
Date d'inscription : 01/03/2015
Age : 62

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'eau : Contaminations et critères de potabilité

Message par gebouye le Mer 16 Mar 2016, 13:17

Super intéressant tout ça, merci pour ces recherches ^^

_________________
Géraldine

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
gebouye
Admin

Messages : 5384
Date d'inscription : 01/03/2015
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'eau : Contaminations et critères de potabilité

Message par Nath le Mer 16 Mar 2016, 14:45

Mille mercis Micha!!! La recherche est poussée et extrêmement intéressante!!! J'apprécie sincèrement

J'ai lu un passage intéressant et j'ai aussitôt pensé à Hilke! Il me semble qu'elle était carencée en sélénium? Une exposition régulière à une faible dose d'arsenic peut entraîner une carence en sélenium...

"Des signes
subcliniques d'une
exposition chronique
à l'arsenic peuvent
se manifester sous
la forme de
symptômes subtils
d'une carence en
sélénium"
avatar
Nath

Messages : 1489
Date d'inscription : 04/03/2015
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'eau : Contaminations et critères de potabilité

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum