Contractures musculaires dans la région du passage de sangle...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Contractures musculaires dans la région du passage de sangle...

Message par Jean le Dim 27 Déc 2015, 10:02

Une contracture du muscle pectoral ascendant postérieur, dans la région du passage de sangle, peut être la cause d'une locomotion médiocre, d'après une thérapeute spécialisée dans le massage des chevaux de sport.
Avant, votre cheval était bien au boulot, mais maintenant il met les oreilles en arrière et se retient quand vous lui demandez d'aller de l'avant. Il hésite au départ au galop, a du mal à se mettre sur le bon pied. Il n'est pas boiteux, mais il n'est pas dans son assiette. Que se passe-t-il?
Un grand nombre de causes peut expliquer ce comportement [dont une selle mal adaptée, NDT] mais dans mon boulot de masseur équin, je retrouve fréquemment la même origine : des muscles très contractés autour du passage de sangle. Je vais donc vous expliquer comment détecter ce problème, et vous montrer quelques gestes simples que j'utilise en massage sur les chevaux.
Le problème
Le muscle particulièrement concerné par les contractures du passage de sangle, c'est donc le pectoral ascendant postérieur, l'un des trois muscles du groupe pectoral. Ce muscle plat et triangulaire est située le long de la cage thoracique, juste derrière l'antérieur et la pointe du coude. Il s'étend de l'arrière de l'humérus (l'os en dessous de l'omoplate) jusqu'au sternum en bas, et remonte jusqu'au milieu du ventre. La contraction de ce muscle engendre le recul de l'antérieur. D'autres muscles sont impliqués dans l'avancée de l'antérieur, mais si le pectoral est contracté, il ne peut pas suffisamment s'étirer pour autoriser un mouvement ample vers l'avant.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le muscle pectoral ascendant (partie postérieure), de forme triangulaire, est l'un des trois muscles pectoraux qui participent au mouvement de l'antérieur. Jo-Ann pointe le haut du muscle, qui s'étire vers le bas et l'arrière, en direction du sol.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Voilà une planche anatomique empruntée ici. 

On voit bien le pectoral ascendant postérieur, sous le grand dentelé.




Des muscles contractés sont une cause très courante d'allures étriquées. Si le pectoral ascendant postérieur est contracté, l'antérieur est limité dans son amplitude, et le mouvement en avant est contrarié. La locomotion des postérieurs peut être affectée également, puisque les antérieurs et les postérieurs bougent de façon synchronisée. Votre cheval peut alors se montrer réticent au sanglage, menaçant de mordre ou gigotant au montoir ; ou se déplacer avec des foulées courtes et malaisées. Dans certains cas extrêmes, le cheval refuse la marche avant et se cabre. Enfin, la plupart du temps, les signes sont subtils. Parce que votre cheval n'est pas à l'aise, il peut :
- avoir des difficultés à monter une pente
- avoir du mal à galoper sur un pied donné, tendre à changer de pied tout seul ou se désunir
- ne pas passer correctement les antérieurs au-dessus des barres
- avoir des difficultés sur les obstacles qui demandent + de couverture (oxers, triple barre, banquettes en cross)
- se montrer réticent à l'allongement, au changement de pied au temps
- se fatiguer rapidement, parce qu'il doit lutter contre ses raideurs pour aller de l'avant.

Quand un cheval montre l'un de ces signes, c'est assez classique de voir le muscle pectoral ascendant impliqué. Un geste très simple permet de détecter sa contraction : debout près de son épaule, passez votre main bien à plat le long de la zone derrière le coude. Attention, c'est une zone parfois sensible, votre cheval peut bouger ou même se défendre, surtout s'il a mal. Si le muscle est relâché, la zone sera plate, le muscle souple. Si c'est contracté, vous sentirez un "noeud", une bosse légèrement proéminente, de la taille d'un petit hot dog, à travers le muscle (et perpendiculaire au sol).




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Afin de déceler une contraction, voire des spasmes, dans le pectoral postérieur, je me tiens proche de l'épaule du cheval et passe ma main bien à plat et fermement en direction du sol. Je recherche les tissus rigides et les noeuds musculaires.


Remédier à la contracture

Une simple technique de massage peut aider à détendre les muscles contractés. En vous tenant juste derrière l'épaule du cheval, placez le plat de la paume contre le cheval, juste derrière le coude. Ne crispez pas votre main. Au moyen de pressions douces et progressives de la paume, travaillez gentiment le muscle sur une distance d'environ une main et demi. Votre cheval vous dira - en remuant, en couchant les oreilles - si la pression est trop forte. La plupart du temps, le noeud se relâche en quelques minutes. Le muscle redevient souple, et le cheval se détend. Si jamais cela ne suffit pas, faites appel à un professionnel.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Pour compléter le traitement, travaillez le cheval dans le mouvement en avant, afin de réactiver et d'étirer les fibres musculaires. Le galop est particulièrement recommandé. Mais pour résoudre vraiment le problème, cela dit, vous devez en identifier la cause première. Voici les 6 causes principales, et leurs remèdes :
le placement de la selle. La cause la plus courante de la contracture du muscle pectoral est une selle mal positionnée. Trop souvent, la selle est placée trop en avant, et la sangle passe juste derrière le coude. La pression de la sangle à cet endroit pince les muscles et engendre des spasmes. Solution : parce que chaque cheval est différent, il est difficile d'établir des règles bien définies à ce sujet. Il faut trouver la place de la selle derrière les omoplates, de sorte à ce qu'elle n'entrave pas leurs mouvements, et ainsi on crée suffisamment d'espace entre la sangle et les antérieurs.
[j'ai déjà abordé ce sujet dans d'autres articles, le placement de la selle d'une part, la sangle en particulier d'autre part, à vous de retrouver les articles en question ;-)]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Une selle bien placée derrière l'omoplate laisse suffisamment d'espace entre la sangle et les antérieurs.
Les muscles pectoraux et les épaules peuvent ainsi atteindre leur fonctionnement optimal.


la longueur de la sangle. Une sangle courte, comme celles que l'on utilise souvent en dressage, peut causer la contraction du muscle, en particulier si elle est un peu courte et que les boucles concentrent leur pression à la surface du muscle. Solution : essayer une sangle plus longue et voir si ça règle le problème.
la largeur de la sangle. Une sangle étroite concentre les pressions sur une surface plus petite qu'une sangle large. Solution : Une sangle plus large. Une sangle en tissu est un bon choix pour l'entraînement. Je pense que c'est plus confortable que le cuir pour le cheval. Des élastiques à une extrêmité sont une bonne option car ils laissent un peu de latitude. Des élastiques aux deux extrêmités ne sont pas recommandables car peuvent amener la selle à tourner.
[alors là je suis pas trop d'accord. Des élastiques d'un seul côté incite parfois à serrer trop fort et ne permettent pas d'équilibrer les tensions. Pour moi c'est élastiques pas trop élastiques des deux côtés, ou pas d'élastiques du tout, surtout sur les chevaux ronds.]


le travail. Répéter des heures durant la même figure (le galop en cercle, des allongements à l'excès) peuvent amener des contractions au passage de sangle - et en d'autres endroits d'ailleurs. Solution : varier le travail, faire des transitions et des changements de direction régulièrement.


le terrain. Travailler sur une surface trop profonde fatigue le cheval et contribue aux raideurs musculaires. Solution : limiter le travail sur sol profond.


une cause cachée. Il arrive parfois que la cause du problème ne se situe pas du tout au passage de sangle. Le cheval peut avoir un problème sur le bas de son membre ou dans le pied, par exemple. Il utilise ainsi ses muscles pectoraux pour limiter son action, et l'impact de celle-ci sur son membre douloureux ; et le muscle se retrouve contracté et parcouru de spasmes. Dans des cas comme celui-ci, le noeud ne se résoud pas par un simple massage, et le problème ne disparaît pas en adaptant le matériel et le travail. Solution : pas de solution simple ici, il faut consulter un vétérinaire ou un spécialiste des pieds.

En corrigeant la cause de la contracture musculaire, vous permettez à votre cheval de retrouver sa mobilité. En complément, quelques exercices d'étirement et des changements dans la routine d'échauffement permettent de mettre un terme à ce problème.


- Avant de vous mettre en selle, étirez les pectoraux en étirant les antérieurs du cheval devant lui. Attrapez un antérieur derrière le genou, levez le membre jusqu'à ce que l'avant-bras soit parallèle au sol, et étirez doucement vers l'avant, en maintenant le membre en l'air quelques secondes. N'attrapez pas le membre par le paturon, ça étire les tendons mais pas les pectoraux. Si votre cheval a crispé ses pectoraux en réponse à la pression du sanglage, cela aidera à les détendre. A répéter une ou deux fois de chaque côté.

- Echauffez votre cheval de sorte à ce qu'il étire. Le galop est le meilleur exercice d'étirement (c'est pourquoi le trot a toujours l'air bien meilleur après un galop). Monter des pentes est également excellent.


- Une fois la séance terminée et le cheval désellé, répétez les étirements d'avant-séance. Cela permet de soulager les tensions du travail musculaire.



La connaissance de ce problème et des solutions y remédiant permettent à votre cheval de bouger plus librement et dans la bonne humeur! 


Jo-Ann Wilson est une kinésithérapeute / masseuse diplômée, enseignante et chercheuse, dont les recherches concernent les humains autant que les chevaux. Elle travaille avec des chevaux de toutes les disciplines, de compétitions internationales ou de loisir. Elle a travaillé en tant que kiné pour l'équipe olympique de complet américaine aux JO de Sydney, qui a remporté l'or individuel et le bronze par équipe. Basée dans le Maine, à Searsmont, Jo-Ann a longtemps été l'associée de feu Jack Meagher, un pionnier dans le domaine du massage des sportifs. Elle a mis au point avec lui une méthode de massages pour les sportifs et de formation au sein de Wilson et Meagher Sportstherapy.

Reprinted from the October 2008 issue of Practical Horseman magazine.


Extrait de : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Jean

Breizh eo ma bro...
avatar
Jean
Admin

Messages : 6464
Date d'inscription : 22/02/2015
Age : 66

http://amicalementfrison.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum